La télévision malgache fait ses premiers pas vers la social TV

|

Une des particularités de la télévision depuis longtemps a été de créer un besoin intime d’interactivité auprès de ses téléspectateurs. Un besoin de participer au contenu qu’on n’évoque pas forcément ouvertement mais qu’il est possible d’observer à travers la société : ces regroupements entre amis ou familles – inconscientes ou non – autour d’une émission ou d’un match pour pouvoir exprimer ses commentaires, ces petites foules qui s’amassent automatiquement à la vue d’une caméras, de cette fascination et de l’importance qu’on apporte à “passer à la télé”.

Aujourd’hui, grâce à l’évolution de la technologie et à l’essor des médias sociaux, il est désormais possible d’enrichir l’expérience télévisuelle en permettant la participation directe du téléspectateur au contenu. Focus sur le cas de la télévision malgache.

NDLR : Cet article n’abordera pas le point de vue sur la qualité des émissions malgaches ou “leurs impacts sur la personnalité ou la culture”. D’autres le font bien mieux que moi

La social TV, qu’est-ce que c’est ?

La télévision sociale est le terme général utilisé pour toutes les technologies apportant une dimension communicationnelle enrichie et une interaction sociale à l’expérience télévisuelle en direct, ou en relation avec des contenus télévisuels

Wikipédia

En d’autres termes plus simple ( … et moins barbant ) :

la télévision classique contenu = ce que dit la télé. (point) les téléspectateurs regardent
la télévision sociale contenu = ce que dit la télé + ce que disent les téléspectateurs les téléspectateurs regardent et participent directement au contenu.

Plus concrètement, la social TV, c’est quand le téléspectateur peut prendre part au contenu télévisuel et ne plus rester passif ou simple récepteur. En réalité, le concept n’est pas nouveau et existait déjà avec les sms et les interventions par appels téléphoniques. La différence réside dans le degré d’interactivité permis par les médias sociaux et les technologies actuelles par rapport aux téléphones d’antan.

Il se manifeste par le phénomène qu’on nomme “second écran”, la tendance qui fait que le téléspectateur regarde ses émissions devant son poste de télévision et, en parallèle, sur un second terminal (smartphone, tablette ou pc) par lequel il peut également participer d’une manière ou d’une autre (discussions entre téléspectateurs, interventions, application dédiée …)

La social TV à Madagascar

Bien sur, avec une évolution technologique en début de croissance, le paysage audiovisuel malgache ne dispose pas encore de véritables applications dédié au second écran, néanmoins certains signes laissent apparaître un embryon d’espoir.

Il y a fracture numérique : entre chaine et  public, entre les différentes chaines

A ma connaissance, la première chaîne malgache à véritablement intégrer les réseaux sociaux dans ses émissions a été la chaîne Dream’in qui a d’ailleurs initié bon nombres d’innovations sur ce point : débat sur facebook intégré, utilisation de hashtag, interview par hangout. … et bien sur, il n’a pas fallu longtemps pour que le concept du “débat facebook” ne soit copié-collé

Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’émission malgache la plus populaire sur les réseaux sociaux ne provient pas de cette chaîne. La plus populaire (en terme d’interactions / en bien ou en mal) a été et est resté l’émission Kopikolé.

Comparaison entre les nombres de tweets sur #kopikole et #pazzapaNG (et #Jirama aussi pour s'amuser)

Comparaison entre les nombres de tweets sur #kopikole et #pazzapaNG (et #Jirama juste pour comparer)

Sauf que voilà : si l’on en croit la réactivité de TV Plus Madagascar sur twitter et les récentes interventions de leur CM, ils sont les seuls à ne pas être au courant. Nous avons là notre premier schéma : le public devance la chaîne.

“Comment on doit faire pour envoyer les petits messages diffusés à la télé ?”

De l’autre coté, nous avons le schéma inverse : la chaîne qui est en avance sur son public. Nous l’avons évoqué un peu plus haut, la chaîne Dream’in a tenté d’apporter bon nombre d’innovations (du point de vue local) dans l’utilisation des médias sociaux. Néanmoins, le public n’est pas forcément au bon rythme. L’illustration la plus flagrante et la plus récente est dans son intégration de livetweet (incluant facebook, twitter, et Google+) aux primes de #PazzapaNG, une grande avancée dans un pays où à peine 1/25ème de la population a un compte facebook et connaissent à peine les autres plateformes.

L’avenir de la social TV malgache

Étant au tout début de son évolution et avec une poignée de créatifs prêt à innover, l’avenir de la social TV ne peut que s’améliorer. Mais comme pour d’autres secteurs, le contexte national est un facteur incontournable dont dépend cette évolution.

L’accès à l’électricité

Inutile de préciser que tant que les postes téléviseurs fonctionneront à l’électricité, l’évolution de la télévision, et de tout autre média d’ailleurs, dépendra de l’état de santé de la Jirama et sera lourdement handicapé par les incessantes coupures de courant.

D’autre part, l’accès à l’électricité, qui constitue encore le plus grand handicap du pays en terme de fracture numérique urbain/rural, ne facilite pas l’appropriation de cette évolution.

Vos avis ?